Comment faire pour que le recours au conseil apporte toute sa valeur ajoutée ? par G.Verrier dans RHInfo – 16/01/2017

En premier lieu, un constat, qui s’appuie sur des chiffres : en matière de RH, le faible recours au conseil en France relève d’un atypisme culturel. Dans la plupart des autres pays, et notamment dans le monde anglo-saxon, il est évident pour tous dans l’entreprise que le DRH ne peut être expert sur l’ensemble des thématiques RH, pas plus que les autres dirigeants dans leur fonction. En France, ce marché du conseil est d’ailleurs sollicité presqu’exclusivement par les grandes entreprises à dimension internationale. Alors quand faire appel au conseil et comment réussir cet accompagnement ?

Les motifs de recours au conseil

Trois grands motifs de recours au conseil émergent, pour l’entreprise qui doit traiter une problématique complexe et recherche une véritable valeur ajoutée. Ces motifs se combinent souvent.

Mobiliser une expertise pointue appuyée sur l’expérience, tout d’abord. Ce qui suppose de choisir son interlocuteur pour partie sur la base d’une expérience accumulée sur cet enjeu à travers des dizaines d’interventions du même type. Certes, la démarche mise en œuvre et les livrables peuvent à chaque fois être construits sur mesure. Pour autant, l’expérience quant à l’approche à adopter et les éléments de comparaison viennent enrichir le projet.

S’ouvrir et s’alimenter, pour pouvoir innover, ensuite. C’est le cas lorsque l’entreprise a la volonté de sortir du cadre et d’aborder les enjeux essentiels pour son futur avec une approche nouvelle et enrichie par rapport à ses pratiques habituelles.

Faire évoluer les relations et postures entre les acteurs internes, enfin. Plus personne ne pense qu’il suffise de décider le lancement d’un projet pour que la réalité change. Pour autant, comment gérer les jeux d’acteurs entre les dirigeants de l’entreprise ou avec le corps social, ses représentants, etc. pour qu’ils ne soient pas bloquants ? Introduire un acteur neutre, qui aura alors un rôle de médiation et de facilitation, est parfois la réponse la plus efficace.

Une fois les motifs du recours au conseil identifiés, se pose une seconde question : comment faire pour que cet accompagnement apporte toute sa valeur ajoutée ?

Lire l’article en entier : Quels recours au conseil ? – G.Verrier – RHInfo 16/01/2017

Déposez vos commentaires

Comment (required)
Name (required)
Email (required)